Plus
    Asphalt CaféDossiersCette taxe que les automobilistes vont payer encore plus chère !

    Cette taxe que les automobilistes vont payer encore plus chère !

    -

    Les automobilistes sont des vaches à lait, c’est bien connu. Et comme leur portefeuille est un puits sans fond, le gouvernement a décidé de rendre encore plus sévère le Malus au poids ce qui touchera les véhicules hybrides dés 2024, puis les hybrides rechargeables (PHEV) et les voitures électriques dés 2025. Une mesure inique qui obligera les automobilistes à payer toujours plus alors même qu’ils sont incité à changer de voiture pour correspondre aux vignette Crit’air 1 des ZFE !

    Un malus C02 plus sévère avec un seuil établi à 118 g de CO2/km

    Il est déjà attendu depuis le printemps que le gouvernement introduira un critère environnemental basé sur l’empreinte carbone pour l’obtention d’un bonus-malus écologique, ceci dans le but de mettre des bâtons dans les roues des importations de véhicules chinois. Mais en plus, le gouvernement est en train de planifier un renforcement du Malus en fonction du poids pour les véhicules hybrides et électriques.

    Selon le journal Les Echos, les nouvelles règles du Malus, qui seront intégrées dans la loi de finances de 2024 va être appliquée plus tôt dans la gamme de véhicules. Au cours des dernières années, le seuil d’activation du malus liée à la taxe C02 a été réduite de 5 grammes par an. Actuellement, le malus CO2 débute à 123 g/km. Ce chiffre devrait continuer de baisser pour atteindre 118 g/km en 2024. Cette échelle sera ajustée avec un décalage de cinq « crans », entraînant une augmentation du malus pour les véhicules hybrides et hybrides rechargeables, déjà soumis à cette taxe.

    dacia duster

    Si on prend l’exemple d’un simple Suzuki Vitara 1,5 Dualjet Hybrid, avec 130 g/km il est actuellement soumis à un malus de 210e. Avec le nouveau Malus, il faudra s’affranchir de plus de 300e de taxe. Cette hausse de prix pose d’autant plus question qu’elle concernera désormais des véhicules véhicules thermiques équipés de motorisations modestes comme que la Dacia Sandero SCe 65 (120 g de CO2/km) ou encore la Peugeot 208 1.2 PureTech 75 (119 g/km), bien souvent justement acheté par des populations modestes. dans le cas d’une voiture familiale, on note qu’un Honda CR-V hybride avec avec 134 g/km, passera de 280 € en 2023, à 450 € en 2024.

    Un malus au poids dés 1,6 tonne

    Mais ce n’est pas le pire puisque le plus important concerne le malus au poids.

    Depuis le 1er janvier 2022, il concerne les véhicules de plus de 1,8 tonne, avec 10 € de pénalité par kilo en trop. Toujours selon Les Echos, le gouvernement aurait décidé d’abaisser le seuil à 1,6 tonne.

    Les hybrides rechargeables et électriques sont pour l’instant épargnés. Ce sera encore le cas en 2024. Mais l’exécutif aurait prévu de mettre fin à ce cadeau en 2025, et cela serait acté dès la loi de finances 2024, dont le projet sera présenté en septembre.

    Le gouvernement viserait ainsi les véhicules électriques dont le poids est élevé en raison de leur gabarit et de la présence d’une grosse batterie permettant d’assurer une autonomie décente. Notons que le que le malus au poids n’épargne pas les hybrides simples. Avec un seuil abaissé à 1,6 tonnes des modèles aux motorisations rationnelles vont encore être pénalisés puisqu’un Nissan Xtrail débute à 1778 kg, soit un malus de 1780e à payer. Idem avec un « simple » Renault Espace puisqu’il pèse entre 1622 kg et 1749 kg selon la configuration 5 ou 7 places.

    David Lefevre
    David Lefevrehttps://www.asphalt-cafe.com
    Journaliste auto et moto, fan de carbus et de turbo mais déguste avec plaisir les innovations et le couple camionesque des électriques actuelles. Regarde devant sans faire table-rase du passé.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici