Faire revivre un mythe roulant est une des tâches les plus ardues de l’industrie auto-moto. Pourtant Mahindra, à travers sa branche Classic Legends, propose une nouvelle version de la très emblématique BSA 650 Gold Star. Esbroufe marketing ou coup de génie ? On vous répond dans notre test !

Renaissance

La BSA (Birmingham Small Arms Company) a été un acteur majeur dans l’industrie de l’armement au début du 20e siècle avant de devenir un constructeur moto emblématique. La firme anglaise a dominé le Tourist Trophy de 1949 à 1956 avec sa BSA Gold Star et devient même le premier constructeur mondial en 1953. Mais les années suivantes sont plus compliquées pour l’industrie motocycliste européenne, en particulier anglaise. Le manque d’innovation, la popularisation de l’automobile et surtout l’arrivée sur le marché de concurrents japonais, moins chers et plus technologiques précipitent l’industrie moto anglaise vers la faillite. BSA est racheté par Norton-Triumph-Villiers (NTV) en 1973 et finit par mettre la clef sous la porte.

Ce n’est qu’en 2015 que le constructeur indien Mahindra rachète la licence BSA et commence à travailler à la renaissance de la marque.

Ainsi, cinquante ans après la disparition de la marque anglaise, BSA renaît sous l’égide du groupe Classic Legends, détenu à 60% par Mahindra Group en Inde, le même groupe qui détient Peugeot Motocycle.

Concurrence

La BSA 650 Gold Star se positionne dans un segment de marché très compétitif, face à des modèles comme la Royal Enfield Interceptor 650, la Triumph Speed Twin 900 ou encore la Kawasaki W800. Cependant, elle se distingue par son héritage et son design unique. Son prix de départ est fixé à 7 499 € et 7 999€ pour la version Legacy Edition.

De son côté la Royal Enfield 650 démarre à 7 390 €, la Kawasaki W800 est à 10 999 € et la Triumph a 9895 €. On peut aussi ajouter la Mash Six Hundred à 4 500 € qui est la seule avec la BSA a être dotée d’un mono-cylindre.

Conception et Design de la BSA 650 Gold Star

La silhouette générale s’inspire fortement de son ancêtre, avec un design vintage et un moteur monocylindre de 650 cm3. La Gold Star 2023 est une fusion réussie entre tradition et modernité. Elle conserve les traits et les lignes de la première du nom, notamment les caches latéraux, la forme du garde-boue, le guidon et le réservoir.

Clairement elle en jette avec l’énorme culasse à ailettes de son gros monocylindre. Et à moins d’être un connaisseur, difficile en réalité de savoir que l’on a affaire à une moto moderne. L’œil avisé remarquera toutefois immédiatement le radiateur positionné devant le moteur, signe des temps modernes, mais globalement le coup de crayon est très réussi. Mieux, encore la ligne de la moto nous paraît magnétique.

Quand on regarde de plus près, certains détails de finition déçoivent. Le marquage des fusils sur le moteur n’est qu’un autocollant, les caches latéraux du carter sont en plastiques, tout comme les commodos au guidon. Pire, le bloc des prises USB semble ajouté là un peu par hasard.

On oublie assez rapidement ces aspects quand on détaille la partie cycle. Le châssis repose sur un simple mais sérieux double berceau en acier tubulaire, la fourche de 41 mm est classique mais esthétique, le bras oscillant acier est secondé par une paire d’amortisseurs réglables sur 5 niveaux de précharge. Les jantes sont à rayons et les freins à disque remplacent les tambours d’antan, avec des étriers flottants Brembo couplé à l’ABS. Les pneus sont de dimensions modestes avec du 100/90/18 à l’avant et du 150/70/17 à l’arrière mais présentent un dessin classique dû au Pirelli Phantom Sportcomp.

Équipements et Technologies

La BSA 650 Gold Star n’est pas en reste en matière d’équipements. Elle est dotée de deux compteurs à aiguilles compte-tours et vitesse qui intègrent respectivement une jauge à essence et un odomètre numérique. Entre les deux se loge sur le capotage du phare, un troisième cadran orné de témoins lumineux : béquille dépliée, température moteur, témoin ABS et témoin de Neutre.

Comme évoqué plus haut, un port USB-A et USB-C est également présent, permettant de recharger son smartphone, mais son design n’est pas très heureux selon nous.

Madeleine de Proust

Enfourcher la BSA Gold Star c’est un peu faire un bon dans le passé avec cette vue imprenable sur les deux compteurs à aiguilles ronds et ce troisième cadrans incrusté sur le capot du phare. Cet agencement délicieux tranche carrément avec la majorité des productions actuelles bardées d’écran numériques et de lignes agressives.

Le poids à sec de 213 kg pourrait laisser craindre une certaine lourdeur, mais grâce à un centre de gravité bas et un bon centrage des masses, relever la moto n’est qu’une formalité. Mieux encore, sa faible hauteur de selle de 780 mm permet au 1m74 de votre serviteur de bien poser les deux pieds à plat au sol.

Une fois le contact enclenché, le monocylindre se réveille dans un poum-poum-poum suranné qui réveille le cœur des nostalgiques mais reste discret et rassurant pour les débutants.

Le Moteur : Un Monocylindre 650 modernisé

Le cœur de la BSA Gold Star 650 repose sur un monocylindre 4 temps double arbre à cames en tête de 652 cm3, modernisé pour répondre à la norme Euro 5. Ce mono-cylindre est en réalité d’origine Rotax et équipait aux débuts des années 90 les petits trails Funduro BMW et Aprilia Pegaso. Restylé, il s’intègre fort bien dans les lignes rétro de la BSA Gold Star grâce à ses ailettes de refroidissement. Toutefois celui-ci est assuré en réalité par un radiateur placé devant le berceau du cadre ce qui rompt avec la ligne intemporelle de la « Goldie ».

On se rassure néanmoins avec la fiche technique de ce moteur « super-carré » puisque accessible au Permis A2 : il développe 45 ch à 6500 tr/min et un couple de 55 Nm à 4000 tr/min.

Sur la route avec la BSA 650 Gold Star

Dès les premiers tours de roues, on constate que le confort est un élément clé de la BSA 650 Gold Star, notamment grâce à une selle large et bien rembourrée. La position de conduite est droite, ce qui réduit la fatigue sur de longs trajets. Les commandes sont bien placées et facilement accessibles.

Surtout, la transmission est douce et même si le choix de cinq rapports peut sembler limité, il est en réalité très bien adapté à la plage de régimes du moteur. La première est courte, pour des départs rapides, tandis que la cinquième est assez longue pour maintenir une vitesse de croisière confortable sur voie rapide.

Toutefois, ce que cette BSA Gold Star 2023 apprécie particulièrement, c’est enrouler les virages sur le couple. Si ce dernier n’est pas énorme, il suffit largement à vous tracter entre 2 500 et 4 000 tours/min avec vigueur. La moto tire gentiment sur les bras, suffisamment pour vous donner le sourire, pas assez pour vous faire peur.

D’autant que la Gold Star est étonnamment agile et sa bonne répartition des masses garantie une bonne stabilité en virage. Il ne faut pas hésiter à l’aider à tourner un peu avec les hanches pour enfiler des successions de virages à allure tranquille mais la direction est précise et la partie cycle saine.

En haussant le rythme, le monocylindre allonge vaillamment au-dessus des 6 000 trs/min mais il perd là de son charme d’autant que la direction un peu pataude et le ressenti de Pirelli Sportcomp n’appellent pas à l’attaque. Dans ce cas le freinage manque aussi de mordant. Mais l’attaque n’est pas la vocation première de cette BSA Gold Star. Son truc à elle c’est la balade tranquille et bucolique, sur le couple. On en profite pour mieux déguster le paysage et surtout apprécier les aller-retour de la grosse gamelle du monocylindre.

NOS NOTES ...
Esthétique / Finition
Confort
Au guidon
Article précédentFiche technique BSA 650 Gold Star
Article suivantSpec II : Gran Turismo 7 reçoit une mise à jour colossale
Journaliste auto et moto, fan de carbus et de turbo mais déguste avec plaisir les innovations et le couple camionesque des électriques actuelles. Regarde devant sans faire table-rase du passé.
essai-bsa-650-gold-star-renaissance-dun-mythe-ou-recuperation-marketingLa BSA 650 Goldstar est avant tout, selon nous, une moto à la ligne sublime. Si vous êtes amateur de néo-rétro et nostalgique de la belle histoire de BSA, clairement cette première réédition est une réussite. Il est vrai que quelques détails de finitions chagrinent, que le moteur manque un peu de gras et que la partie cycle pourrait être plus rigoureuse. On regrette un tarif un peu trop élevé aussi face à la Royal Enfield 650 mais la Goldie ne démérite pas et se savoure comme un verre de Brandy sur fond de New Order. On a hâte de découvrir le reste de la gamme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici